Quels types de consommateurs sommes nous?

Nous avons un instinct inné de vie et de survie qui devrait nous alerter des aliments qu’il faudrait consommer et de ceux qu’il faut éviter pour être en bonne santé .

L’organisation sociale de l’espèce humaine fait que l’intuition, le sixième sens, n’ont pas la même place que chez les animaux. L’interaction des humains entre eux influence leurs choix. Les plus observateurs, les connaisseurs et savants avaient une certaine influence sur le commun des mortels. Des astuces et remèdes de grand mère jusqu’aux recommandations des savants et nutritionnistes, le savoir est immense. Les asiatiques par exemple, ont une connaissance fine des aliments à adapter à la santé de chacun, à sa constitution, et même aux saisons et conditions météorologiques.

Malheureusement, des influenceurs de notre époque, construisent des nouvelles légendes qui brouillent les pistes. Ils ont tous les moyens fournis par la technologie pour le faire. Les publicités nous imposent sûrement mais tranquillement les lois des annonceurs, pour des produits marchands mais pas loyaux. Ces messages plus ou moins subliminaux orientent nos choix de consommation. Insidieusement, nous en sommes arrivés à délaisser les bonnes vieilles méthodes et les bons produits sains pour consommer du tout prêt, du rapide, du trop sucré, trop salé, trop bourré de conservateurs, de pesticides ou bien des produits qui sont devenus petit à petit un passage obligé alors que leur usage régulier et excessif  n’est pas bienfaisant .

Pourquoi consommer des produits trop raffinés (farine, huile, etc) aux détriments de certains composants essentiels? Pourquoi ajouter des exhausteurs de goût, dangereux pour la santé, au lieu d’utiliser dans nos plats, les épices que nos parents utilisaient au quotidien?

Les politiques de santé publique tardent à se pencher sur ces problématiques d’autant plus que les enjeux economiques engendrés par ces produits industriels sont énormes. C’est pour cela que nous devons reprendre en main notre santé en essayant de consommer responsable. Nous devons réapprendre à choisir, à cuisiner, et à nous alimenter différemment.

Les pesticides utilisées sans limite, et souvent sans connaissance ni aucune formation par nos horticulteurs, nous mettent en danger.

En Afrique, des céréales locales, sans gluten font maintenant la convoitise des pays étrangers, alors que nous même importons en masse le blé pour faire des produits qui ne nous apportent pas que du bon, sans parler du déséquilibre de la balance commerciale.

Le sujet est très vaste. Les informations précises sur les dangers à éviter sont multiples. Mais la chose essentielle est la prise de conscience de chaque consommateur, le changement de comportement. Ce serait plus facile de faire bouger les lignes si nous refusions d’acheter les yeux fermés tout ce qu’on nous vend. Soyons conscients, soyons responsables, consommons responsables.

Leave a reply