Manger bio en Côte d’Ivoire?

Pourquoi manger Bio? Est-il nécéssaire de revenir sur les méfaits des herbicides et pesticides sur notre santé? Les plantes retiennent tout ou partie des produits utilisés dans le cours du processus de la culture des plantes que nous consommons. Nous en subissons les conséquences sur notre santé. Par ailleurs la dispartion massive des insectes, des abeilles etc…representent un danger pour la biodiversité mondiale.

Quant aux céréales, légumes et fruits dits bio, ils sont produits sans utiliser les produits cités ci-dessus. Mieux, ils répondent à des critères écologiques telles que l’usage des engrais uniquement organiques et des mesures de précaution comme le respect d’une distance de sécurité par rapport à des exploitations non bio.

Pour mériter cette appellation « Bio », il faut donc répondre à une liste de plusieurs critères. Mieux, il faut se soumettre à une certification par une tierce-partie.

La situation en Cote d’Ivoire? Nous sommes aux balbutiements du bio, mais il existe déjà quelques horticulteurs qui ont une démarche écologique et des produits « natures » à proposer en attendant de produire du bio certifié. Une certification de type « Agriculture Biologique », sera la bienvenue pour rassurer le consommateur sur le respect des normes. Une assurance indispensalble car cette nouvelle source d’intérêt pour les consommateurs et du coup une nouvelle manne financière, qui ne manquera pas d’attirer les indélicats.

Qu’en est-il du coût? Les produits bio sont généralement plus chers car ils supportent parfois des coûts liés aux pertes par des attaques d’insectes. Les solutions naturelles arrivent à bout de ses problèmes, mais le succès est acquis grâce à un savoir, des techniques culturales différentes qu’il faut prendre le temps d’apprivoiser et adapter. D’ailleurs, les cultures sans pesticides sont maintenant réputées être de plus en plus productives et même plus rentables que les conventionnelles. La permaculture, l’agroforesterie sont autant de modèles à s’approprier.

Leave a reply